Publications

Adoption d’une personne majeure : possible ou non?

Bien que les démarches en adoption visent plus souvent qu’autrement les personnes mineures, l’article 545 du Code civil du Québec[1] prévoit également la possibilité d’adopter un individu majeur.

Certaines conditions doivent toutefois être respectées.

Adoption de fait durant la minorité

Le premier alinéa de l’article 545 du Code civil du Québec[2] prévoit d’abord que le majeur ne peut être adopté que par les personnes qui ont exercé le rôle de parent auprès de lui durant sa minorité. Seuls les individus qui ont procédé à « la prise en charge économique, physique, morale et psychologique de l’éducation [du majeur durant sa minorité et qui ont exercé factuellement] toutes les obligations reliées au rôle parental »[3] pourront donc l’adopter. C’est ce que l’on qualifie d’ « adoption de fait » durant la minorité.

Au surplus, l’adoption ne pourra avoir lieu que si les parents biologiques n’ont pas « assumé leurs responsabilités parentales durant la minorité de l’enfant »[4]. Il doit donc y avoir désintéressement ou abandon par les parents biologiques durant la minorité afin que la procédure en adoption puisse suivre son cours[5].

Intérêt du majeur

Avant de prononcer l’adoption du majeur, les tribunaux doivent également vérifier s’il en va dans son intérêt[6].

L’intérêt du majeur sera évalué selon une approche subjective, donnant ainsi un pouvoir discrétionnaire au juge du fond[7]. Néanmoins, la Cour d’appel du Québec rappelle dans l’arrêt Droit de la famille — 2015 que « le facteur prépondérant, dans l’évaluation de la motivation et de l’effet recherché, résidera dans la qualité et la durée des rapports entre les adoptants et la personne majeure qui constitueront des indices précieux susceptibles d’éclairer le tribunal en regard de l’intérêt de l’adopté »[8]. C’est donc que si le majeur entretient une relation profonde et durable avec ceux qui souhaitent l’adopter, il s’agira d’un bon indicateur à l’effet qu’il en va dans son intérêt de procéder.

Absence d’adoption de fait durant la minorité

Malgré ce qui précède, est-il possible d’adopter un majeur sans s’en être occupé durant sa minorité? L’alinéa 2 de l’article 545 du Code civil du Québec[9] répond à cette question par l’affirmative, mais seulement si, encore une fois, il en va dans l’intérêt de ce dernier.

À titre informatif, il en serait ainsi pour une personne arrivée au Canada durant sa majorité et qui a été pris en charge par un homme l’ayant protégé de certains individus aux personnalités néfastes[10].

Une question subsiste toutefois : est-il possible pour une personne majeure adoptée durant sa minorité de se faire ré-adopter par ses parents biologiques en faisant une demande basée sur l’article 545 du Code civil du Québec[11]? L’auteur Alain Roy est d’avis qu’il s’agit d’une possibilité, à condition que « l’enfant [n’ait] pu développer de véritables relations parentales avec son parent adoptif durant sa minorité et par la suite »[12]. Dans un tel cas de figure, les tribunaux pourraient ainsi passer outre la condition de l’ « adoption de fait ».
Gabriel Roussin-Léveillée, étudiant en droit

Juriseo Avocats
227, boul. des Braves, suite 201
Terrebonne (Québec) J6W 3H6

www.juriseo.ca | 1-877-826-6080

[1] Code civil du Québec, RLRQ, c. CCQ-1990 (ci-après « C.c.Q. »), art. 545.

[2] Id.

[3] Alain ROY, Droit de l’adoption : adoption interne et internationale, 2e éd., Montréal, Wilson & Lafleur, 2010, par. 20.

[4] Id.

[5] Id.

[6] Id., par. 21.

[7] Droit de la famille — 2015, [1994] R.J.Q. 1520, 1522 (C.A.).

[8] Id.

[9] Préc., note 1.

[10] Droit de la famille — 2256, [1995] R.D.F. 819, 820 (C.Q.).

[11] Préc., note 1.

[12] A. ROY, préc., note 3, par. 22.

0

Autres publications

Obligation de dénoncer l’existence…

La Loi prévoit que l'acheteur qui constate que le bien est atteint d'un vice doit, par écrit, le dénoncer au vendeur dans un délai raisonnable depuis sa découverte[1]. I. À…
Lire la suite

Le cautionnement : Ce…

Cassandre est âgée de 17 ans. Elle vient de terminer ses études secondaires avec succès et elle entend poursuivre ses études au Cegep.  Depuis la fin de l’année scolaire, Cassandre…
Lire la suite

La mise en demeure…

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il est primordial d’établir une distinction fondamentale entre deux notions souvent confondues : la demeure et la mise en demeure. La demeure est un…
Lire la suite